Actualités | Laurence Ruet, sculptrice et plasticienne, a suivi les formations ZBrush et Blender : « j’adore ça ! »

Laurence Ruet, sculptrice et plasticienne, a suivi les formations ZBrush et Blender : « j’adore ça ! »

Laurence, qui es-tu, que fais-tu ?

Je suis artiste sculptrice et plasticienne. Depuis plus de 25 ans, je crée des « poupées » qui représentent des enfants. J’aime faire surgir l’émotion du spectateur face à des poupées qui semblent avoir une âme. En fait, on pourrait aussi parler de sculptures habillées, puisque je réalise tout de A à Z, du modelage en pâte polymer, aux vêtements, perruques, chaussures… Chaque pièce est unique, je n’utilise pas de moule.

En quelques mots, quel est ton parcours ?

Je suis autodidacte mais j’ai exercé à titre alimentaire un métier où j’ai pratiqué la bureautique et aussi l’anglais. 

Coté artistique, j’ai beaucoup peint en amateur avant de découvrir en 1995 une exposition de poupées avec des expressions d’enfants. Cela m’a tellement fascinée que j’ai voulu tout de suite créer moi aussi une poupée avec un visage humain. 

A cette époque, les collectionneurs de poupée étaient nombreux, il y avait des salons spécialisés et j’ai rapidement pu m’intégrer dans ce marché de niche. J’ai créé mon site internet en 2003, et j’ai ainsi acquis une bonne visibilité par les collectionneurs du monde entier.

Aujourd’hui, mon art s’adresse à tout le monde. J’ai délaissé les salons de jouets pour exposer plutôt dans les salons d’artisans d’art car je suis membre d’Ateliers d’Art de France. En 2021, j’ai créé deux poupées pour la série «Esprit d’Hiver » (Arte), et une de mes pièces a fait la couverture du dernier roman de Nina Allan «Le créateur de Poupées ».

Pourquoi cette formation Blender ?

Depuis plusieurs années, j’entendais parler de l’impression 3D, qui était censée permettre à tout le monde de créer ses propres objets depuis chez soi. Nous les artistes et les artisans d’art, ça nous a plutôt fait peur au début. Alors j’ai décidé de m’y intéresser, d’abord pour savoir comment ça marchait. Puis rapidement, j’ai compris que ça pourrait m’aider dans ma pratique artistique pour créer des accessoires, être une alternative au moulage sur des parties répétitives de mon travail, notamment les corps. C’est lors d’une visite à un fab’lab qu’on m’a dit qu’avant d’imprimer en 3D, il fallait déjà apprendre à modéliser l’objet sur un ordinateur. C’est donc la première fois que j’ai entendu parler de Blender. J’ai essayé de pratiquer toute seule avec des tutos (le logiciel étant libre et gratuit) mais c’était pas évident, alors j’ai cherché et trouvé cette formation Blender chez Video design Formation (sur le catalogue de l’Afdas).

Quen as-tu pensé ?

Je me suis inscrite à la formation complète sur 2 semaines. J’ai d’abord été rassurée sur le fait que ce ne serait pas si compliqué pour moi d’apprendre ce logiciel, car, sans être professionnelle du graphisme, j’avais un peu de pratique sur ordinateur (Word, Excel, Gimp, Dreamweaver…). Le formateur, Olivier Borne, était très pédagogue, le rythme m’a semblé confortable, et on a vraiment fait le tour du logiciel, même si j’étais plutôt intéressée par la partie modélisation que par l’animation ou la scénographie. Les deux derniers jours ont été consacrés à l’impression 3D. Le cadre est agréable et l’espace confortable. Le midi on fait le tour des nombreux restos et ventes à emporter du quartier -merci pour la «fiche conseils »- on peut également manger sur la terrasse ou à l’intérieur du centre.

Et ensuite, pourquoi cette formation Zbrush ?

J’ai voulu aller plus loin dans la sculpture sur ordinateur. Il y a un mode « sculpture » dans Blender, que nous avions survolé lors de la formation, mais que j’avais un peu de mal à faire fonctionner car ça faisait « ramer » mon ordinateur. Alors que Blender est plutôt un logiciel de « construction », un peu comme des legos, Zbrush permet réellement de sculpter « à main levée » avec une tablette graphique. Pour moi, ça pouvait être complémentaire, et j’étais curieuse de sculpter en virtuel.

Et qu’en as-tu pensé ?

J’ai fait une formation d’une semaine en septembre 2021 (en présentiel… avec les contraintes covid, mais tout était bien organisé). Nous étions deux élèves en plus du formateur, Reynald Garénaux.

Pratiquer Zbrush est amusant et instinctif, par ailleurs, la retopologie est plus facile, car automatique. Le rythme de la formation était soutenu mais les exercices vraiment intéressants. Je ne peux qu’encourager de faire ce type de formation, car se débrouiller seul est vraiment limitant sur ce type de logiciel. 

L’application ZBrush…

Quels sont tes projets ?

Depuis 4 ans, j’ai pas mal pratiqué sur Blender, ce qui est facile étant donné que c’est un logiciel libre. Cela a été plus compliqué avec Zbrush car je n’ai pas acheté le logiciel tout de suite. Il faut énormément pratiquer pour acquérir des réflexes dans l’utilisation de ces outils. Coté modélisation, Zbrush a un côté instinctif, artistique, ludique. Blender est carré, plus facile pour intégrer des mesures, pour la géométrie. Les deux sont complémentaires. On peut facilement passer de l’un à l’autre. Par ailleurs, Blender a aussi un mode « sculpt » qu’il est finalement plus facile d’utiliser si on connaît déjà les outils de Zbrush. Les deux logiciels permettent d’imprimer en 3D (conversion en fichiers STL).

J’ai modélisé des parties de corps que j’ai fait imprimer en céramique par un prestataire, mais le résultat, cher, ne m’a pas totalement convaincue. Cette année, j’envisage l’acquisition d’une imprimante 3D SLA (résine) afin de faire moi-même mes propres essais. Je travaille actuellement sur un projet de corps articulé pour pouvoir photographier mes poupées dans plusieurs situations. Actuellement, mon temps de création « manuelle » est encore très important, et je pense qu’il le restera, mais je garde des créneaux pour modéliser en 3D, en plus j’adore ça !

En savoir plus sur Laurence Huet :

Formation Blender initiation complète (10j)

Initiation et perfectionnement à la création 3D sous Blender, avec spécialisation de niveau expert Blender en lumière, textures, physiques, VR, python et impression 3D.

Formation ZBrush, sculpture numérique 3D (5j)

Spécialisation 3D à la sculpture numérique avec ZBrush.

Olivier Borne, formateur Blender.

les plus populaires

Mots-clés