Actualités | Vincent Coste, monteur, anime les formations Final Cut Pro X : « Apple maîtrise aussi le matériel »

Vincent Coste, monteur, anime les formations Final Cut Pro X : « Apple maîtrise aussi le matériel »

Vincent, qui es-tu et que fais-tu ?

Existe-t-il une réponse simple à cette question ? 

Monteur, formateur, poète… Lors de ma rentrée au CM1, mon pote David Lhuissiez m’a fait découvrir la Mort au large (un remake italien très très mauvais des Dents de la Mer). J’ai su à ce moment-là que je voulais faire du cinéma (cette anecdote est véridique).

Quelques années plus tard, j’ai donc réussi à intégrer l’école Louis Lumière, où j’ai pu monter des films aussi bien sur des bancs de montage traditionnel en super 16 et 35 ainsi qu’avec l’un des premiers logiciels de montage : Lightworks (encore une requin, tiens…)
Comme j’étais assez à l’aise avec tout ça, j’ai pu enchainer sur des petits boulots de montages à la sortie de l’école. 
J’ai alors rencontré un réalisateur de clip talentueux (Henri-Jean Debon) avec lequel j’ai monté des clips et des documentaires musicaux pour des artistes comme Noir Désir, Sinead O’Connor, Luke, Louise Attaque, Kyo ou Axel Bauer.
J’ai aussi monté des courts-métrages (forcément), des institutionnels pour des boites qui feraient frémir de terreur Jean-Luc Mélanchon et j’ai mis en place quelques workflows pour des longs-métrages. 
Enfin, et peut-être ce dont je suis le plus fier, je forme à Video Design car oui, j’aime partager mon savoir et voir le regard embué de reconnaissance de mes petits disciples à la fin des stages.

Comment vois-tu l’évolution de Final Cut Pro ?

Il est assez dur d’être dans la tête d’Apple et de suivre leur cheminement de pensée, quand il s’agit de l’évolution de Final Cut Pro. 
Parfois certaines fonctionnalités semblent sorties de nulle part alors que d’autres très importantes mettent des années à arriver. 
Mais, il faut avouer que, quand ces dernières sont enfin implémentées, le travail est vraiment bien fait.
Je pense par exemple à la gestion des médias qui a su garder son côté simple et flexible tout en devenant vraiment puissant, mais surtout au tracker qui est vraiment performant et qui vient en plus de recevoir de nouvelles améliorations.
On a l’impression qu’Apple cherche à chaque fois à proposer des fonctions puissantes mais en les rendant le plus simples possibles. C’est en fait un peu la philosophie derrière Final Cut Pro, en fait.
Alors, parfois, ça prend un peu plus de temps que chez ses concurrents.


Pour le futur, je pense qu’Apple va enfin proposer une collaboration plus étroite avec ses autres logiciels mais surtout, ils vont de plus en plus se reposer sur l’intelligence artificielle comme c’est déjà le cas pour le tracker. C’est une tendance de fond dans l’industrie, pour être honnête. Mais Apple possède des outils existants très puissants (que cela soit Siri, leur système de reconnaissance de photos ou leur ensemble de développement pour la réalité augmentée) qui pourraient faire une grande différence par rapport à leurs concurrents.
Sans compter qu’Apple maîtrise aussi le matériel et que les nouveaux processeurs que l’on retrouve dans leurs ordinateurs font la part belle à l’intelligence artificielle.
Il y a aussi un dernier élément qui me semble important de mentionner : c’est leur codec Apple ProRes qui a réussi à devenir un standard dans l’industrie et Final Cut Pro est le logiciel qui le gère le mieux à mon sens.

Le tracker de Final Cut Pro, apparu en version 10.6 (récemment !)

Comment vois-tu son positionnement ? par rapport à Avid/Premiere/Resolve ?

Final Cut Pro souffre toujours de son lancement calamiteux de 2011 et du manque de communication sérieuse faite par Apple. 
Pourtant, c’est un logiciel vraiment puissant et qui peut faire le boulot aussi bien pour des petites productions que pour du long-métrage ou du documentaire.
C’est le seul logiciel à proposer une autre philosophie de montage, qui s’éloigne de l’héritage classique pour proposer un nouveau paradigme que beaucoup de concurrents commencent à copier dix ans après sa sortie.
J’exagère un peu, bien sûr et Apple sait aussi très bien plagier ses petits camarades.
Mais je vois souvent des stagiaires ou des monteurs qui se galèrent sur Premiere Pro ou DaVinci alors qu’ils pourraient faire la même chose bien plus simplement sur Final Cut Pro.
Alors, attention, je ne dis pas qu’il est meilleur que les autres logiciels et c’est surtout une question de préférences personnelles, mais je trouve ça un peu dommage que beaucoup se retrouvent à monter sur des logiciels qui ne leur conviennent pas… par méconnaissance. 

Peux-tu parler de la formation ?

Oui, je le peux !

Et donc ?

A Video Design, nous sommes très tournés sur l’apprentissage par la pratique. Ça ne veut pas dire que l’on laisse les stagiaires se débrouiller pendant que l’on poste des photos sur Instagram… mais que l’on crée des exercices qui accompagnent les parties théoriques.
Et Final Cut Pro se prête plutôt bien à cette philosophie d’apprentissage : il est simple (ce qui permet de pouvoir l’expliquer assez facilement), et puissant (ce qui donne des exercices qui peuvent être assez gratifiants).

Vincent Coste, monteur et expert Final Cut Pro.


Alors, attention, tout n’est pas toujours facile et il y a des concepts qui peuvent être assez impressionnants aux premiers abords, surtout si on n’en a jamais entendu parler. Mais dans l’ensemble, apprendre un logiciel tel que Final Cut Pro n’est pas du tout une épreuve insurmontable.
Les stagiaires passent une semaine à monter des petits sujets documentaires, des extraits de fictions, à faire des titres un peu graphiques et élégants… 
Le but est qu’à la fin du stage, ils et elles aient une vision panoptique de ce que peut faire le logiciel et qu’ils et elles puissent être autonomes et autonomes une fois rentré.e.s chez elles et eux.
(Il va vraiment falloir que je m’améliore en écriture inclusive, parce que je me perds un peu.

D’ailleurs, à ce propos, je vous conseille la vidéo de Scilabus.

En savoir plus les formations Final Cut Pro :

Formation Final Cut Pro X initiation

  • Comprendre la logique et l’interface de Final Cut Pro X et les différents workflows possibles
  • Gérer les imports et l’organisation des médias et rushes (mots-clés, collections intelligentes, collections par mots-clés, rôles)
  • Monter des sujets simples et plus avancés avec titrages, transitions et montage son
  • Gérer le traitement de l’audio : thèmes, corrections, pré-mixage, exports
  • Monter avec des fonctionnalités avancées : multicam, match frame, plans composés, auditions
  • Paramétrer les outils d’étalonnage pour équilibrer la colorimétrie d’un plan
  • Réaliser des habillages et des effets spéciaux (titres animés, recadrage, compositing etc)
  • Maitriser les sorties : master, web, blu-ray, image fixe

Formation Final Cut Pro X perfectionnement :

  • Améliorer son organisation de travail (rushes, interface, préférences)
  • Comprendre et maîtriser les dernières nouveautés issues des mises à jour récentes
  • Maitriser les imports
  • Maitriser les outils de montage
  • Réaliser un pré-mixage son
  • Améliorer la création d’effets vidéo et de trucages image
  • Création de génériques animés, de titres élaborés
  • Choisir et maîtriser des plug ins complémentaires utiles
  • Étalonner des plans
  • Exporter un montage vers d’autres logiciels de post-production (ProTools, After Effects, DaVinci Resolve …)
  • Maîtriser les exports de diffusion

les plus populaires

agenda

Tags