Actualités | Stéphane Prince, truquiste, motion designer et formateur After Effects

Stéphane Prince, truquiste, motion designer et formateur After Effects


Stéphane Prince ?

  • truquiste…
  • et motion designer
  • expert certifié Adobe After Effects
  • enseignant en motion design…
  • et formateur After Effects

Stéphane a 47 ans, et vit en région parisienne.

Stéphane Prince, truquiste, motion designer et formateur After Effects, ici en en train d'enseigner à Video Design Formation
Stéphane Prince, truquiste, motion designer et formateur After Effects, ici en en train d’enseigner à Video Design Formation

Stéphane, que fais-tu ?
Je suis Motion Designer et j’enseigne After Effects à Video Design Formation, ainsi qu’à l’Ecole des Gobelins, en formation bac+3 spécialisée dans le Motion Design.
Il m’arrive de travailler dans un peu toutes les branches, du milieu corporate à la publicité en passant pas le video mapping et le trucage.

 

Une bande démo ? Par ici le show reel… 

Pour savoir de quoi on parle, l’idéal est déjà de regarder la bande démo de Stéphane Prince,
afin de comprendre son univers et ses possibles réalisés récemment…



Tu fais du video mapping ?
J’ai  beaucoup travaillé dans ce milieu ces dernières années en tant que graphiste, chef de projet ou réalisateur. J’ai notamment participé à la fabrication des images projetées sur le stade lors de la cérémonie de cloture des JO de Sotchi. j’ai aussi contribué à des niveaux variés à des projections sur plusieurs monuments, du Bolshoi à Moscou à la Cathédrale de Rouen en passant par les arènes de Nimes, le théâtre antique d’Orange, l’Eglise d’Enghien les bains, etc. J’ai aussi fabriqué des images pour le spectacle vivant, pour des expos, toutes sortes d’images projetées.
Video mapping réalisé dans After Effects pour Musiques en Fêtes (France 3) à Orange
Video mapping réalisé dans After Effects pour Musiques en Fêtes (France 3) à Orange
 
Comment vois-tu le Motion Design ? son évolution ? ses tendances ? les outils que tu utilises ?
Il y a une demande croissante d’images en mouvement et le Motion Design s’enrichit en permanence de nouveaux outils, en mélangeant les sources vidéo, 3D, 2D. On peut voir une grande diversité de styles s’exprimer largement à travers les réseaux sociaux. La contre-partie est à mon avis une baisse moyenne du niveau d’exigence au profit d’une production plus frénétique.
Paradoxalement, After Effects profite de cette tendance et résiste très bien à la montée en puissance de la 3D, notamment de la 3D temps réel. Il est à la fois suffisamment souple et ludique pour accompagner la créativité des motion designers, ou des DA, et à la fois très précis… ce qui fait qu’on le retrouve aussi bien en motion design qu’en post-production ou en animation.
 
Bien entendu, il est de plus en plus rare de se limiter à l’utilisation d’un seul logiciel et la plupart des motion designers travaillent aussi avec des logiciels 3D comme Ciinema 4D ou 3DS max, ils mélangent des prises de vue réelles qui nécessitent souvent un logiciel de montage, sans parler de logiciels comme Photoshop ou illustrator qu’on ne présente plus.
 
Il y a aussi une tendance qui se dessine et qu’on voit très bien avec les dernières versions d’After Effects et qui est à mon avis un peu triste : c’est le développement des templates, des modèles. C’est très tentant pour les sociétés de production, d’autant que certains de ces templates sont de bonne qualité, mais cela risque de contribuer à l’appauvrissement de la diversité des créations. En tout cas c’est à surveiller de près.
Habillage pour les Victoires de la Musique, réalisé avec After Effects
Habillage pour les Victoires de la Musique, réalisé avec After Effects (société Cosmo AV)
Tu formes à After Effects depuis bientôt plus de 15 ans…  cette pratique a évolué ? Comment apprend-on After Effects aujourd’hui ?
Quand j’ai commencé à donner des cours sur After Effects, on faisait une initiation complète en 5 jours.
Aujourd’hui il en faut 3 ou 4 fois plus. After Effects a évolué en suivant ou en devançant les tendances de la création graphique pendant plus de 20 ans et c’est devenu un appareil assez complexe à aborder.
Pourtant, quand je regarde les tutos qui profilèrent sur le net, cela confirme ce que je ressens dans ma pratique : il suffit de bien maîtriser les bases pour pouvoir faire l’essentiel de ce que l’on voit en matière de motion design.
En étant créatif et inventif, on peut pratiquement tout faire sans avoir à recourir à des outils techniques complexes : mais simplement en combinant, en empilant des éléments simples. Et tout cela reste très ludique !
After Effects, ses compositions et précompositions, ses calques animés et superposés...
After Effects, ses compositions et précompositions, ses calques animés et superposés…
Bien sur, des plugins fous apparaissent en permanence, des scripts malins, des fonctionnalités astucieuses… mais ce qui fait l’intérêt de ce logiciel n’a pas varié depuis sa création et si ces avancées permettent de gagner du temps, d’être un peu plus productif, elles ne peuvent en aucun cas remplacer une bonne connaissance des outils. C’est pourquoi je structure mon cours autour de la maitrise des outils et des techniques. Je crois fermement qu’un tutoriel, c’est à dire un objet graphique abouti, et donc complexe, est sans aucun intérêt pour quelqu’un qui n’a pas ces connaissances. Contrairement à la cuisine, en motion design il est illusoire de vouloir apprendre des recettes parce qu’on ne sert pratiquement jamais deux fois le meme plat.
En revanche, avec une assise technique solide, on peut s’approprier les recettes, les tutoriels, comprendre la façon de travailler des autres et y piocher des astuces faire progresser sa pratique.
Pour terminer, je dirais que comme cette boite à outil qu’est After Effects offre une infinité de possibilités, on peut être tenté de croire qu’on n’arrive pas à ses fins parce qu’on manque de connaissances, parce qu’on n’a pas tel plugin… L’objectif de mes cours, c’est de former des bricoleurs… c’est de montrer qu’on a jamais ce qu’il faut, et qu’en bricolant avec ce qu’on a, on arrive presque toujours à quelque chose de satisfaisant.
After Effects, mécano infini de compositions, imbrications, bricolages...
After Effects, mécano infini de compositions, imbrications, bricolages…

Stéphane Prince anime principalement la formation After Effects Production, de 4 semaines :
une initiation intensive et professionnalisante destinée à former des truquistes et motion designers.
Un stage de formation conventionné Afdas Intermittents, également accessible à d’autres publics ou financements (artistes auteurs, demandeurs d’emploi, freelances, salariés…).

Formation-after-effects-SP-4p-xs

Voir nos autres formations After Effects.

Lire l’article de Stéphane Prince sur After Effects CC : « After Effects CC 2017 à 2018, dossier complet ». 

 

petites annonces

les plus populaires

agenda

Tags

politique de confidentialité mentions légales © VIDEODESIGN FORMATION 2018