Actualités | La garantie de la qualité, le label OPQF en formation

La garantie de la qualité, le label OPQF en formation

Comment garantir la qualité en formation ?
 

En 2007 nous avons obtenu une qualification OPQF, norme qualité des organismes de formation.
Constituer le dossier de qualification (plus de 500 pages en matières sociale, fiscale, financière, pédagogique,….) m’a permis de voir le travail que nous avions réalisé en presque 10 ans d’activité et aussi les progrès encore possibles pour améliorer nos prestations, augmenter leur qualité, et essayer de garantir un maximum de choses…
 

Cette qualification OPQF s’adapte à tous types d’organismes de formation, du toilettage pour chiens à l’e-formation en finances, de la petite entreprise individuelle à la SA présente dans plusieurs pays…
A priori je pensais que la qualité d’un organisme se mesurait avant tout sur les contenus, les conditions techniques et la satisfaction des clients, qui ont toujours été ma priorité, presque obsessionnelle…
En fait, la norme OPQF est également attentive à la santé financière d’un organisme, à sa rentabilité donc, par conséquent à des objectifs qui parfois peuvent sembler contradictoires avec la qualité, à savoir « faire un maximum de fric », pour parler vulgairement. C’est justement ce hiatus que mesure l’OPQF, trouver l’équilibre, entre empiler le maximum de stagiaires et obtenir de bons résultats qualitatifs…. Les objectifs de rentabilité ne sont donc pas oubliés ou masqués pudiquement.
 

 

Analyse statutaire et structurelle: on expose et vérifie la cohérence et la légalité des statuts, la répartition du capital, l’organigramme décisionnel, la répartition des éventuels sites,…
Analyse financière : la solidité financière est jugée, et l’âge même de l’organisme détermine quel type de qualification il peut demander (probatoire, initiale…). Les données sociales, le respect des obligations sociales, fiscales et réglementaires (convention collective, lois et régglementations sur la formation,…) sont vérifiés.
Enfin, un gros chapitre est consacré aux moyens pédagogiques et à leur mise en oeuvre : liste complète de toutes les actions de formation sur deux années, liste complète de tous les formateurs et leurs CV, liste des clients et leurs coordonnées, contenus précis, questionnaires satisfaction de plusieurs actions… Quelques clients sont ainsi appelés pour vérification.
L’aspect pédagogique est analysé jusqu’au programme de formation des formateurs, zone plutôt « obscure » dans la plupart des organismes de formation : trop petits, trop « commerciaux »… mais comment font-ils pour vérifier le niveau de leurs formateurs, pour les mettre à niveau tant techniquement que pédagogiquement ?
Ayant du mettre à plat mes méthodes et ma réflexion sur ce sujet m’a ainsi permis de mieux comprendre où je me situais dans cette démarche et cette organisation pas encore assez encadrée et structurée de mon point de vue.
Le dossier de qualification OPQF, très lourd et très long à rédiger avec précision, permet ce travail de prise de conscience des qualités mais aussi des failles de notre propre organisme, des zones à améliorer immédiatement ou prochainement.
 

Depuis bientôt 10 ans d’activités en postproduction et formation audiovisuelle, dans mon / mes métiers, je n’ai cessé de vouloir offrir le meilleur à mes clients, à mes formateurs, à mes salariés et à moi-même : du matériel technique régulièrement renouvelé et moderne, de qualité, un nombre maximum garanti de stagiaires réduits (4 à 6, selon stages), de nombreux supports de cours… sans compter des conditions d’accueil de qualité que nos clients apprécient et que nous avons encore récemment améliorées : chocolats, café, thé, offerts à volonté, jus de fruits frais pressés le matin…. Des conditions humaines et généreuses qui permettent de travailler et apprendre avec moins de stress et plus de… plaisir ! Car le plaisir est au coeur de nos vies, et de nos démarches professionnelles, notamment en apprentissage.
 

Enfin, le coeur de la qualité en formation, que je n’ai pas abordé pour mon propre centre, est bien entendu le contenu et son dispensateur…
Un bon contenu doit être conçu de manière proche du terrain, dans une juste adéquation entre l’adaptation aux besoins atuels d’un métier ou d’une tâche, et leur évolution. En ce qui concerne mon organisme, c’est moi qui conçois ces formations, ayant pratiqué plusieurs années la postproduction, et étant toujours passionné par nos outils techniques et nos moyens de production… je m’appuis évidemment également sur nos meilleurs formateurs pour certains aspects pointus ou plus récents que je ne maitriserais pas suffisamment.
L’élément essentiel complémentaire à ces contenus est l’élément humain, le formateur… recruté au vu de son expérience, pour sa connaissance pointue et polyvalente des usages d’un outil ou d’un sujet, et enfin pour sa capacité à transmettre et à former efficacement. Le formateur est l’élément central et évidemment l’élément failible et qu’on ne peut pas « acheter » ni garantir… Ce n’est pas une marchandise, un objet ou un ensemble d’éléments rationnels quantifiables… On peut juste essayer de réunir les meilleurs conditions pour son travail : recrutement, formation interne, conception et application d’une formation, amélioration progresive et continuelle de sa pédagogie, salaire, conditions techniques…. Il faut savoir regarder les choses en face et ne pas promettre le zéro défaut en formation, et être prêt à affronter des crises pour mieux les réparer : maladie inopinée d’un formateur, recrutement erroné, client mal audité, groupe trop hétérogène… J’ai déjà eu à faire face à des formations qui ont mal démarré ou mal tourné, et qui m’ont demandé des remises en cause et de l’humilité pour mieux servir notre cause commune : essayer de former au mieux un et des clients en même temps, tous les satisfaire au mieux.
 

Cette qualification OPQF m’a ainsi permis de réconcilier un peu les chiffres économiques et leurs constituants humains, mais surtout de mieux toucher et apprécier l’humanité de la formation, ses acteurs, formateurs comme clients, tous sujets actifs du partage de nos savoirs. (Plusieurs clients sont ainsi déjà devenus des formateurs, et réciproquement !)
 

James Simon, fondateur et gérant de Video Design Formation

Plus d’informations sur la qualification OPQF : http://www.opqf.com/

les plus populaires

agenda

Tags