Actualités | Final Cut Pro X : Retour d'expérience de Joël Foulet.

Final Cut Pro X : Retour d'expérience de Joël Foulet.

IMG_8985Joël Foulet est monteur sur Final Cut Pro X, il est également formateur Final Cut Pro X chez VIDEO DESIGN FORMATION.

 

 

 

 

 

 

Joël, qui es-tu?

 

Après une licence de LEA (anglais/espagnol), je décide que je veux faire du cinéma et je commence par réaliser quelques courts-métrages avec les moyens du bord.
On est en 2001 et je réalise très vite que pour être indépendant, il faut maîtriser la technique… J’apprendrai donc la technique.
Je choisis le métier de monteur, qui me semble le plus proche de la réalisation de films.
Pendant des années, je monte des films d’entreprises, des documentaires et donne des cours de montage avant de revenir à la réalisation en 2012 avec un projet autour de la musique.
Quand j’ai du temps libre, je voyage. Australie, Inde, Népal et Asie du Sud-Est, entre autres.

 

A qui s’adresse Final Cut Pro X selon toi ?

 

Final Cut Pro X s’adresse à un public large. Les amateurs, qui s’y retrouveront relativement facilement avec une interface qui ressemble à i-movie (attention FCP X n’est pas e-movie hein) et les professionnels qui découvriront, s’ils abordent le logiciel avec un esprit ouvert, une plus rapide et plus agréable façon de travailler..

 

Le fait d’avoir travaillé dessus t’a-t-il permis de mieux saisir les raisons pour lesquelles Apple a choisi un changement aussi radical?

 

Toutes ces questions politiques ne m’intéressent pas tellement en fait. Le fait est là : il y a un nouveau logiciel.
On ne lutte pas contre l’évolution de l’informatique, on s’adapte.
Est-ce qu’il y avait besoin de révolutionner le logiciel ? Sans doute, je ne sais pas. Tout ça est une question d’habitudes de travail. On aime ce qu’on maitrise. En tant qu’utilisateur, j’ai une approche assez pragmatique du changement. Il faut s’adapter, ça fait partie du métier.
Après, on peut regretter certaines choses ou louer de nouvelles fonctionnalités, ça ne fait pas avancer le schmilblik.
En tout cas, c’est comme ça, il faut accepter l’évolution ou changer de métier… ou de logiciel.
Pour ma part, après plusieurs projets montés sur Final Cut Pro X, comme dirait le gagnant de Questions Pour Un Champion : « Je reste! »

As-tu trouvé des points profondéments positifs à cette quasi remise à zéro?

 

Bien sûr. Enfin une façon de repenser le montage à l’heure de l’informatique.
Les logiciels « du passé » s’inspiraient du montage non-linéaire (ne serait-ce que dans la terminologie : « bobine », « chutier » etc…). Final Cut Pro X a été repensé pour notre époque et, je dirai même plus, pour le futur (voir l’excellent article de Vincent Coste à ce sujet « La vie et Final Cut Pro« ).
Les outils sont plus simples, condensés (Roll + Slide + Slip en un seul outil !) et plus efficaces.
Les calculs en tâche de fond font gagner un temps précieux, tant au montage qu’à l’export.
Et c’est vrai que repasser sur FCP 7 après avoir utilisé le X donne le sentiment de revenir en arrière avec un côté laborieux, un côté « besogneux »  et moins fun (alors que FCP 7, comparé à AVID est quand même très souple, c’est dire).
En bref : on va plus vite qu’avant. Et on travaille de manière plus ludique.

Pourquoi, contrairement à d’autres, as-tu choisi de continuer l’aventure avec Final Cut Pro X?

 

Parce que, encore une fois, Final Cut Pro X, c’est l’avenir. Final Cut 7 n’est plus développé et, dans quelques années, ne pourra même plus être installé sur les machines… A quoi bon lutter? Et puis Final Cut X est un outil formidable qui s’améliore avec le temps : les mises à jour sont régulières et pallient progressivement les manquements du début.
Aujourd’hui, Final Cut Pro X répond à pratiquement toutes mes attentes d’utilisateur. Et de manière fun et efficace. Pourquoi changer?

En combien de temps le logiciel peut-il être maîtrisé? Par un monteur FCP7? Par un novice?

 

Il ne sert à rien de maîtriser de Final Cut Pro 7 pour apprendre Final Cut Pro X. On repart de zéro. On réapprend à marcher.
Du coup, tout le monde, techniquement parlant, part grosso modo du même point.
Final Cut X est facile à prendre en main. En une journée, on peut faire un montage. En une semaine on parvient à utiliser FCPX.
C’est vrai que ce logiciel démocratise le montage et la technique du montage. Après, il y a les goûts et les couleurs, le métier, l’expérience, savoir raconter une histoire en images… et ça, ça peut prendre un certain temps.

Quels sont les formats vidéos supportés?

 

Je dirai que Final Cut Pro X « mange » de tout. De la vidéo d’i-Phone au 4K de la RED. Il importe les rushes en « natif » et permet aussi de travailler en AppleProRes 4:2:2 pour une édition optimisée.

Y’a-t-il beaucoup plus d’effets? Sont-ils facilement utilisables?

 

Les effets sont moins nombreux qu’avant mais bien plus efficaces et beaucoup plus « 2010 ».
Ils sont extrêmement faciles à utiliser et surtout à prévisualiser ! Nul besoin d’appliquer un effet pour voir le résultat.
Un simple « scroll » sur l’effet permet de voir le résultat sur le plan sélectionné. Double-click et bim boum, c’est fait.
A noter, entre autres, quelques effets très convaincants : l’incrustation (on peut enfin tourner n’importe comment ha ha) et la netteté, bien meilleure qu’avant.
Les transitions ont été mises au goût du jour (transitions floues, flashframe etc) et les utilisateurs trouveront enfin des générateurs de texte dignes de ce nom.
Les effets manquants (« cache-patatte », si si, c’est un effet dans FCP 7…) pourront être rajoutés grâce à des plug-ins comme ceux proposés par le sieur Alex. (http://alex4d.wordpress.com/category/fcp-x-plug-in/).

 

Quelles sont les avancées de FCP X selon toi?

 

Les avancées, clairement, le montage, plus souple, plus fun. D’une manière générale, la simplification de certaines fonctions qui vont dans le sens de plus d’efficacité et d’une adaptation aux exigences et contraintes actuelles (outils de montage, exports…).

Que faudrait-il encore améliorer à l’avenir selon toi?

 

Final Cut Pro X est encore un logiciel jeune. Il y a des choses à améliorer.
L’audio est perfectible (j’espère qu’on pourra d’ici peu mettre des transitions audio sur tout une section du montage…), la personnalisation de l’interface est aussi un chantier (seuls les raccourcis claviers sont personnalisantes). Mais ça viendra et ce ne sont pas des choses qui empêchent de travailler.
Autre point : FCP X n’est pas un logiciel de « bidouille ». Pour des projets avec des tailles d’image singulières par exemple, FCP X n’est pas encore très adapté.

Est-il beaucoup utilisé dans le milieu?

 

En France, nous avons une culture de suiveurs et les Français, on le sait, ont la critique facile et la culture du « c’était mieux avant ». Culturellement, nous avons toujours été méfiants par rapport au changement. Pour utiliser FCPX, il faut l’accepter. A sa sortie, beaucoup de gens dénigraient FCP X par méconnaissance. Mais peu à peu, les choses changent.
D’abord, Apple a amélioré le logiciel. Et puis, les gens viennent se former. Après quelques bougonnements pour les monteurs les plus conservateurs, ils changent d’avis, s’amusent même.
Il faut maintenant que les producteurs viennent également en formation et que les monteurs fassent de la pédagogie pour que FCP X s’installe durablement dans les boites de production.
Le problème, c’est que nous n’avons pas vraiment de recul sur ce logiciel et cela fait peur. Mais je crois qu’on sort tout juste de cette période de défrichement et que les choses vont évoluer de manière positive..

 

Quel avenir pour Final Cut Pro X selon toi?

 

Final Cut Pro X est tourné vers l’avenir. S’il continue son évolution, il n’y aucune raison qu’il ne s’impose pas sur le marché de l’audiovisuel, tout comme l’avait fait Final Cut Pro 2 avant lui il y a… euh… 15 ans ? A chaque logiciel son époque…

les plus populaires

agenda

Tags