Actualités | Apple Final Cut Server

Apple Final Cut Server

Final Cut Server est la dernière brique logicielle utile pour satisfaire les besoins des larges groupes de travail et des chaînes de télévision, et tous types d’organisation en nombre.

Final Cut Server permet de gérer des catalogues de médias (vidéo), de les nommer, commenter, annoter… pour un travail en groupe et des milliers d’éléments et projets.

 

Installation de Final Cut Server

Final Cut Server s’installe de la manière suivante : l’application est installée en mode serveur sur un mac (qui peut être un simple Mac Pro ou Macbook Pro), et l’application est ensuite installée en mode client sur tous les postes nécessaires, stations de montage, simples postes de travail (iMacs,…), Mac ou PC, d’une assistante de production, des producteurs,… Selon le nombre de données, leurs débits/poids, et le nombre de personnes travaillant simultanément sur ces données et leurs projets, un simple réseau gigabit Ethernet sera suffisant… ou bien au contraire il faudra plusieurs serveurs dédiés, couplés à du stockage raid important, le tout dans une infrastructure en fibre optique…
Ensuite, les tâches sont différentes, selon qu’on est un utilisateur « client » de Final Cut Server ou bien l’administrateur de ce serveur.

 

Une interface client simple et profonde.

Les éléments gérables sont : rushes QuickTime (audio, vidéo, capturés par Final Cut Pro ou non), fichiers Photoshop, pdf, projets Motion, Final Cut Pro, Keynote, DVD SP, STP, Color… On peut à tout moment les lire depuis n’importe quel poste « client », au travers de Final Cut Server.
On ajoute dans Final Cut Server des éléments par glisser/déposer ou par chargement. Ils sont importés avec leurs données et métadonnées (nom, timecode, commentaires,…) On peut alors ajouter des commentaires, à tout moment, et par type de phase de travail : approuvé, complété, en cours, nouveau, prêt à être monté, prêt à être visionné, rejeté…
L’outil de recherche, accessible instantanément, permet d’opérer des recherches précises au sein des rushes et projets.
Sans que l’utilisateur le demande ou s’en rende compte, Final Cut Server crée automatiquement des proxys des rushes pour une lecture fluide sur le poste « client ».
On notera que Final Cut Server récupère les métadonnées créées lors de la capture avec Final Cut Pro, permettant d’associer à un rushe une quantité importante de mots clés, offrant ainsi de bonnes pistes de recherche.

…chaque élément peut être renseigné au moyen de nombreux champs de données…

 

L’outil de recherche est proposé selon trois voies. Recherche simple : un ou plusieurs mots clés qui seront cherchés dans l’ensemble des métadonnées de tous les éléments présents dans le serveur. Ou bien une recherche avancée, avec la combinaison plus complexe de différents champs (id, titre, nom, statut, emplacement, dates,.. jusqu’à des métadonnées de type IPTC, XMP et XML.). Enfin, les recherches intelligentes sont des ensembles de recherches faîtes sur meure et enregistrées par l’utilisateur pour servir plusieurs fois, accessibles aisément depuis l’interface.

Final Cut Server gère tous types de fichiers, y compris les projets Final Cut, Motion, Color, DVD SP…

 Les médias peuvent être accessibles de manière online, immédiate, ou comme archives, prenant peu de place.
Final Cut Server liste également les projets : on peut les cataloguer, les modifier, les commenter, les bloquer…
Lorsqu’un projet (Final Cut Pro ou autre) est ajouté au serveur, en glisser déposer vers Final Cut Server, tous les éléments nécessaires à ce projet sont listés, et éventuellement copiés dans le serveur, s’il n’y étaient pas déjà. On peut choisir de créer un dossier (« asset ») collectif (pour grouper le projet et ses éléments) ou individuel (pour avoir un accès unique à chaque élément), si on veut plus facilement repérer les éléments utiles à un projet précis, parmi tout un ensemble de projets.
Lorsqu’on veut valider ou faire visionner un projet, on peut soit utiliser la fonction check in / check out, ou bien l’export.
Les fonctions check in / check out permettent de valider/bloquer un projet ou un média : ainsi, on s’assure qu’un élément ou un projet ne soit plus modifié (check out), pour permettre son visionnage, sa validation, puis éventuellement le débloquer en usage public (check in).
La fonction d’export fabrique un élément projet (accompagné de ses rushes utiles), qui ne bloque pas le projet d’origine.
La fonction de visionnage/approbation permet de notifier instantanément, à une ou plusieurs personnes, par mail, les éléments ou projets à visionner, commenter et/ou approuver. La ou les personnes devant visionner les éléments, pourront aussi facilement visionner, annoter et valider ; et ce visionnage commenté sera automatiquement intégré et accessible à tous.
Les projets Color, Motion, STP, DVD SP et Final Cut sont tous gérables, catalogables, modifiables, visionnables et annotables.

les projets Final Cut Pro sont annotables/modifiables, et leurs rushes sont visibles

Administrer Final Cut Server

L’administrateur a différentes responsabilités. Choisir des volumes de stockage performants et sécurisés pour l’emplacement des médias offline (proxys, vignettes,…), et des médias online (notamment une zone de compression automatique), le serveur mail…
Final Cut Server permet notamment de retrouver l’état antérieur d’un projet, deux jours ou un mois avant !
Le logiciel gère des volumes de stockage locaux (disques internes, externes…), par réseau « classique » (ftp, afp, nfp, smp) ou Xsan (fibre optique). Un volume peut être utilisé comme volume d’archivage ou online. Online, il pourra être scanné pour automatiquement ajouter les éléments apportés au catalogue Final Cut Server. Les éléments peuvent être automatiquement convertis en un certain codec. Le logiciel gère la sauvegarde automatique ou manuelle de tout ou partie des données et projets listés.

Dans le panneau de préférences système, une préférence Final Cut Server permet de régler un certain nombre de fonctions générales, dont bénéficieront les utilisateurs finaux, sans avoir à les maîtriser.
L’administrateur peut déterminer les droits et restrictions de certains types d’utilisateurs : monteur, spectateur, chef,…
Des tâches de métadonnées peuvent être créées : par exemple automatiser un export H264 d’un projet à chaque fois qu’un visionnage doit être demandé.
Des dossiers de dépôt / recherche peuvent être activés pour automatiser certaines tâches : par exemple dès qu’un certain type de vidéo est déposé dans ce dossier, une version compressée est envoyée sur un ftp, avec alerte par email; une fois le fichier lu, il sera effacé automatiquement du dossier. On peut concevoir un script qui exporte une vidéo simultanément en PAD HD, en PAD SD, sur le ftp pour un accès via web, et en podcast pour un visionnage immédiat sur un iPhone… puissant… et quasi magique !
L’administrateur peut également modifier et créer autant de champs de métadonnées qu’il est nécessaire à un certain type de projet, de travail ou selon la société dans laquelle Final Cut Server est installé, pour réellement coller aux contenus et à l’organisation du travail.
On notera que Final Cut Server dispose de fonctions pour optimiser la bande passante du réseau aux différents utilisateurs : stockage automatique de proxys basse définition sur les postes clients, pour ne pas gêner les stations de montage, reconnaissance des performances des réseaux Xsan,…

…des fonctions de visionnage et approbation, avec envoi d’email automatisé
On peut créer des automatismes pour compresser automatiquement un projet validé en X formats de sortie, les envoyer par ftp,…

 

Au final, Final Cut Server, servira -tour à tour ou uniquement- de chef d’orchestre pour larges groupes, de banque d’archives / médias online (agences de presse, services infos,…). Ses fonctions de catalogage et de recherche, alliées à des scripts d’exportation automatique en différents formats, en font un logiciel essentiel dans de nombreuses situations. On notera que côté exportations, Final Cut Server bénéficie du moteur de compression Compressor 3. Capable d’encoder notamment en H264, MPEG2 et ProRes, Compressor peut se voir ajouter le plug in Episode Pro pour compresser les formats WMV, VC1, High Profile H264, Flv… Enfin, les possibilités de développement sur mesure des automatismes d’export permettent d’aller loin dans un flux de postproduction rapide, avec des sorties multiples qui ne posent plus de problème à qui que ce soit !

Doté d’une interface utilisateur très humaine et simple, proche d’un simple visualiseur de fichiers multimédias, Final Cut Server possède en fait une profondeur et une puissance de travail impressionnantes, sur des milliers de rushes et pour des centaines d’utilisateurs ; avec cette capacité unique de gérer, annoter, modifier et exporter des projets, et des fonctions d’automatisation extraordinaires. Côté administrateur, l’apparente simplicité et la sécheresse des outils de personnalisation de Final Cut Server cachent une complexité et un sur mesure capables d’aller très loin. Logiciel à prix modique, Final Cut Server ne doit pas faire oublier la nécessité de déployer une infrastructure adaptée en terme de stockage et de débits.
article originellement paru dans SONOVISION

Tarif & spécifications
Final Cut Server : 899 Euros TTC (1 serveur + 10 postes clients) – 1799 Euros TTC (nombre illimité)
Serveur  minimum G5 1,8Ghz – carte graphique séparée (non intégrée au processeur), OS X.5 + QuickTime 7.4.1 minimum
Client Mac   G4 1,25Ghz minimum, OS X 4.11 et QuickTime 7.4.1 minimum
Client PC  Windows XP ou Vista, QuickTime 7.4.1 minimum

les plus populaires

agenda

Tags