Actualités | La Ultra HD a-t-elle un avenir, ou faudra-t-il nous terroriser pour sauver l'industrie des supports physiques ?

La Ultra HD a-t-elle un avenir, ou faudra-t-il nous terroriser pour sauver l'industrie des supports physiques ?

James Simon

Je pense que le format Ultra HD, avec ses grosses TV Led, n’a aucun avenir et ne « prendra » pas. Cela n’en vaut pas le coup, et le public ne « mordra » pas à l’hameçon, comme pour la 3D…
Pourtant je suis un geek, un techniciste, j’adore à la fois le cinéma (les belles histoires et/ou ses grands auteurs) et la technique : j’aime a priori que la définition des écrans augmente, augmente, augmente…
Mais là, ici et maintenant, cela ne sert à rien, ou presque, et cela ne servira à rien, et ne prendra pas.
Pourquoi ?
Le Full HD a pris, et a pris beaucoup de temps pour prendre, notamment en France. Beaucoup de temps !
Souvenez-vous de la lente migration des différents « troupeaux » : constructeurs, professionnels, amateurs, diffuseurs, grand public, HD Ready, Full HD, TNT, TNT HD… On a désormais des chaînes qui diffusent en HD, et bien sûr de magnifiques BluRay, qui sont full HD. Les Bluray auront mis 10 ans à s’imposer, et encore, leurs ventes désormais déclinent : la faute au web, au piratage…? surtout aux pratiques autres que de gober le message du pouvoir unique, à 20h, sur une TV géante…
Qui dispose d’une projection Full HD de bonnes dimensions et dans de bonnes conditions (obscurité totale) avec lecteur BluRay ? Peu de gens, des passionnés, des « provinciaux », des « geeks », des « cinéphiles ». Beaucoup de guillemets et pas beaucoup de monde ! Pas de quoi mobiliser l’industrie des programmes TV et des sources HD…

Quelle est la différence entre une image Full HD et une image Ultra HD, ou 4K TV ?
Quatre fois plus de surface, 1920 x 1080 pixels en HD et exactement les doubles dimensions en Ultra HD : 2940 x 2160 pixels.
C’est mieux, oui…
Cependant, pour voir et apprécier la différence, et surtout pour donner envie de renouveler onéreusement son matériel, que faudra-t-il ?
– une projection dans de meilleures conditions : écran plus large, salle plus large… ce sera très rare !
– ou bien Une TV immense ? Oui, mais vraiment immense, et il faudra coller nos yeux à la dalle pour « vivre » et apprécier sa différence….
Et surtout, avec quelles sources et quels programmes ?
Rien n’est encore disponible !
On imagine bien l’arrivée prochaine de quelques programmes TV en Ultra HD, avec une compression un peu moyenne… Pour faire quoi ? Pour regarder le message du pouvoir sur une fausse fenêtre ouverte sur le monde ?
De Big Brother à Ray Bradbury, on nous l’a prédit, certains y croient encore. Mais avec Internet, son pluralisme et son interactivité démocratique, cette malheureuse prédiction est en passe de mourir, à mon sens.
Il n’y aura surement aucun support physique Ultra HD, les constructeurs ont peur d’un échec, après celui de la 3D, et après l’échec relatif du Bluray, en déclin après avoir à peine décollé.
On nous proposera surement des films en 4K en streaming ou chargement… mais le gain est subjectivement faible sur une TV de dimensions classiques (42 à 65 pouces), sauf à s’y coller  de très très près…
Alors, observons cette vidéo buzz, fausse vraie pub pour la TV 84cm de LG, qui « propose » de l’Ultra HD ou plutôt essaye de l’imposer :

En résumé :
– on convoque des gens en recherche de travail à un entretien d’embauche (un entretien comme toujours intimidant, le Pouvoir Total donnant ou non du travail à quelqu’un en demande)
– durant ce faux entretien (doublement humiliant donc, car le spectateur sait que l’entretien est faux), une météorite semble tomber dehors, à côté, par la fenêtre (qui est une TV ultra HD !), déclenchant peur et terreur pour la personne en entretien d’embauche, jusqu’à simuler la réalité de cet événement, puisque le bureau où ils se trouvent tombe dans l’obscurité, et la scène continue encore un peu…
– la chute est heureuse, : la personne comprend que c’est une pub pour une TV « miraculeuse » (ils sont bien vivants).
– la réalisation de type caméra cachée montre même que certaines personnes ne sont pas heureuses du dénouement, mais crient leur rage, après un tel choc psychologique. On peut le comprendre.

Cette pub fera sûrement jouir ceux qui aiment se cacher pour observer des scènes de terreur imposées à des personnages fictifs…
Mais, moi, elle me choque.
Soit cette pub a été tournée avec de vraies personnes,
qui ont réellement cru en ces images… alors c’est d’une violence psychique inouie.
Ce n’est pas parce qu’on vous dit 10 minutes après que c’était faux, que vous n’aurez pas traversé une crise d’hyperviolence, de confrontation à votre propre mort. C’est digne d’une torture sadique monstrueuse.
Soit cette pub a été tournée avec des comédiens, pour parer à tout procès, et surtout à toute violence chez ces personnes victimes crédules.
Dans ce cas, on peut critiquer la nécessité de cette violence, le sens de cette mise en place : spectateur omniscient, entretien légèrement humiliant, voyeurisme d’une catastrophe et d’une torture, dénouement heureux, prêt à consommer.
Donc, qu’en est-il du sens profond et de ce que cette « pub virale » sous-entend dans sa violence aux autres, et donc à nous spectateurs ?
– qu’encore une fois, la publicité ne donne pas de désir, mais préfère provoquer peur et violence pour donner envie d’acheter
– que les industriels du format Ultra HD n’ont pas beaucoup d’arguments pour vendre leurs énièmes TV supérieures
– que ces industriels sont prêts à nous mettre le pistolet sur la tempe : soit on achète, soit on crève (= soit ils crèvent…)
Et effectivement, à mettre en scène une telle structure sadique et hyperviolente, on comprend que ces industriels sont désespérés, comme une personne perpétrant un suicide en tuant des gens en masse : ils n’entrevoient leur disparition potentielle (plus grand chose à vendre, à cause des supports dématérialisés) qu’à travers un génocide, la destruction de notre planète, d’abord de ses ressources, puis finalement de nos vies. 
Suis-je le seul à être ainsi choqué ?

James Simon, septembre 2013.

les plus populaires

agenda

Tags