Actualités | "Le petit Gregory" – Payer un graphiste professionnel revient moins cher que des frais d'avocat !

"Le petit Gregory" – Payer un graphiste professionnel revient moins cher que des frais d'avocat !

gregory

 

Vous avez déjà dû croiser cette information alors laissez-moi vous partager mon opinion.
J’ai lu dans Libération : « Derrière cette bourde se cache un jeune graphiste ignorant qui a tapé «enfant» dans Google images. La photo a ensuite été utilisée par le Montreux Jazz festival, contraint de présenter ses excuses. »
J’ai adoré… Le Point : « Un graphiste n’a rien trouvé de mieux pour faire la publicité de la garderie d’enfants du festival de Montreux que de prendre la photo du petit Grégory, disparu en 1984.« 

On marche sur la tête les gars! Ces propos sont aberrants et gratuitement haineux!
On assiste au procès du « graphiste », « stagiaire », « étranger » mais personne ne songe à faire endosser leurs responsabilités aux principaux concernés?!
Libération, très sympathique, propose même un résumé de l’affaire du petit Grégory pour les moins de 30 ans. Ah oui, le « jeune graphiste ignorant ». On a fini le tour de tous ceux qu’on aime détester en France?

Dans Le Point on apprend que Le journal dans lequel est paru l’image « emploie durant le festival des jeunes en formation pour la mise en page. En l’occurrence, un jeune graphiste étranger cherchait une image d’enfant pour illustrer la publicité sur la garderie. (…) Par ailleurs, la rédaction en chef du journal n’a pas vu l’erreur car la photo était légèrement floutée, a encore indiqué le porte-parole en réitérant les excuses du festival pour cette grosse gaffe. »

 

Personnellement, j’ai moins de 30 ans, je suis graphiste, et je connais l’affaire du petit Gregory. Contrairement à la rédaction en chef du journal « Montreux Jazz Chronicle« , j’ai même été capable de reconnaitre le visage de ce petit garçon, alors qu’il est légèrement flouté, dès que je l’ai apperçu.
Je ne comprends pas bien pourquoi les médias s’acharnent autant sur ce graphiste plutôt que sur le « Montreux Jazz Chronicle » qui a validé l’énormité?
Je suis choquée de remarquer qu’un journal, qui embauche de jeunes stagiaires étrangers, laisse passer ce genre d' »erreur ».
Personne ne vérifie le travail des stagiaires dans cette boite?
Ah si, pardon! Mais il semblerait que la rédaction en chef n’ait pas vu l’erreur… On se permet donc de faire travailler des stagiaires, dans un journal, alors que personne n’est capable de comprendre à quoi ressemble une image derrière un léger flou??
J’imagine que personne ne se donne la peine, non plus, de vérifier les sources? Où est le responsable, le senior, en charge de ces jeunes stagiaires?
De plus, lorsque l’on fait travailler du jeune personnel étranger, ne doit-on pas redoubler de vigilance sur son travail? Pour éviter, justement, que ce genre de bourdes puisse avoir lieu?
On ne peut pas incriminer un étranger de ne pas posséder tous les éléments de notre culture, lorsque ces éléments sont ignorés, de certains Français eux-mêmes. Qu’ils aient plus ou moins de 30ans…

Qui alors est le responsable de cette énormité ?
Ne serait-ce pas ce genre de questions qu’il faudrait se poser plutôt que d’accabler un jeune-graphiste-stagiaire-étranger?
Aujourd’hui, une fois de plus, le métier de graphiste est bafoué. La faute à un employeur qui néglige les règles et doit penser qu’être graphiste n’est pas un métier qui nécessite de faire travailler des professionnels.

Var Matin explique dans son article que les époux Villemin (parents du petit Gregory) risquent d’engager une action en justice pour « sanctionner un comportement gravement fautif » si une lettre d’excuses prouvant l’innocence de la démarche ne leur est pas rapidement adressée.
Morale de l’histoire, payer un graphiste professionnel revient toujours moins cher que des frais d’avocat !

les plus populaires

agenda

Tags